Difficile d’échapper aux pesticides
L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments fixe pour tous les produits consommables des Limites Maximales
de Résidus (LMR) afin de contrôler l’utilisation de produits chimiques comme les pesticides. Pour l’activité viticole,
les limites fixées  concernent uniquement le raisin de cuve, c’est-à-dire avant que le jus soit transformé en vin par
la fermentation.

Le Magazine Que Choisir a récemment publié une enquête concernant le taux de pesticides dans 92 vins différents
afin de mieux comprendre ce que nous consommons. Sans surprise, la France étant le premier consommateurs de
pesticides, 100% des vins analysés sont porteurs de résidus.
http://www.quechoisir.org/alimentation/production-agricole/cultures/enquete-vins-la-peste-soit-des-pesticides

Une agriculture plus saine
Nulle besoin de rappeler que les pesticides sont nocifs pour la santé. Il y aurait selon diverses études comme celle
de Que Choisir, 300 fois plus de résidus de pesticides dans le vin que dans l’eau potable. Des chiffres qui peuvent
certes inquiéter, c’est pourquoi il est nécessaire de réfléchir à des moyens de consommations plus naturels. Ne nous
affolons pas, ces taux de résidus ne concernent évidemment pas l’intégralité des vins produits en France. Il existe
des producteurs porteurs du Label Bio ou attachés à une agriculture raisonnée qui produisent des cuvées aux taux
de pesticides extrêmement faibles, voir inexistants.

Le Bouc et la Treille porteur du Label Bio depuis 2007, s’applique à produire les vins les plus naturels possibles : de
la pousse du raisin jusqu’à la cave, en passant par la récolte et la fermentation. La grande biodiversité du terroir, c’est
à dire les nombreuses autres plantes et fruits qui poussent aux côtés du raisin, assurent un respect optimal du cycle
de la vigne. Après la récolte, le levain utilisé est naturel. Semblable à celui du boulanger, il permet de dégrader les sucres
en alcool le plus sainement possible. Enfin, la fabrication des vins se fait à la main afin de limiter au maximum les
émissions de CO²
que peuvent engendrer les machines.

Ce qu’il faut retenir, c’est que pour prendre soin de notre santé, il est préférable de se tourner vers des productions sans
produits chimiques. Les producteurs respectant une éthique naturelle, voir Bio, sont à privilégier car ils vous offrirons des
vins de qualité, ne contenant que d’infimes traces de résidus, de quoi déguster en toute sérénité !

 

 

- Ecrit par Malorie Farre -